lalibrairiedesinconnus.blog4ever.com

L’actualité des Membres de la librairie

Aux poilus

La librairie des inconnus

 

poilus 300x302.jpg

 

Âmes gluantes et dégoulinantes,

Corps dépecés, chairs martyrisées,

Ils errent sans même comprendre

L'orage qui gronde et rugit sur eux.

 

Le ventre creux, aussi creux que des trous d'obus,

Dans les artères sinueuses de leur terre ingrate,

Avec l'espoir de ne pas succomber à la nuit scélérate,

Ils errent et attendent du jour, son interminable venue.

 

Sur eux il pleut… il pleut le malheur, la douleur.

Sur leur dos, point d'armure, mais une cote de boue

Pétrifie chacun de leurs membres encore debout.

Dans leurs yeux éteints, une seuls lueur, la peur.

 

La peur d'être le suivant, le mort-vivant raide mort,

De se voir plus oublié encore, que le dernier chien errant.

De sentir dans leurs cœurs de pierre, le burin lentement

Graver "mort au combat, la patrie et ses remords".

 

Dans les miroirs brisés, les visages de gueules cassées

Burinées par l'infortune d'être des poilus de cette guerre,

Rongés par la vermine qui fait sur eux fortune et lacère

Profondément leurs chairs jusqu'au sang, avec avidité.

 

Où sont leurs vingt ans qu'ils traînent dans les tranchées?

Où sont leurs bien-aimées épinglées sur leurs cœurs?

Où sont leurs vertes années, leurs moments de bonheur?

Au fond d'un trou, recroquevillés, ensevelis, décapités.

 

Au son du canon, le reste du monde pour eux s'évanouit.

Les voilà face à un destin tracé par les balles tirées au sort.

Les obus fauchent leurs poitrines offertes plus vite que la mort

Qui pourtant sagement les attend et patiente dans la nuit.

 

D'un éclair transpercé, dans les ténèbres noires et glacées.

Ils s'effondrent, foudroyés, pour se fondre au sol boueux.

De leurs veines s'évadent leurs espoirs d'un monde heureux.

Avec leurs entrailles dispersées, sur cette guerre, leurs vérités.

 

Ainsi mourut, au champ d'honneur, cette armée d'ombres.

Pour leurs enfants, leur sang sacrifié abreuva nos rivières

Sans jamais connaître du mot liberté, l'éclatante lumière.

A eux, notre gratitude en larmes versées sur leurs tombes.

 

A mon arrière grand-père

Et à tous ses camarades

 

Chritian Bailly

Tous droits réservés

 

 

 

Carnet d’adresses



01/08/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 109 autres membres